Douleur Musculaire

Pourquoi avons-nous des douleurs musculaires (myalgie) après une tâche (jardinage, pelletage, peinture, etc.) ou une dépense énergétique importante?

Les douleurs musculaires se produisent lors d’un surmenage au cours d’une activité ou lorsque nous faisons appel à des muscles que nous ne sollicitons pas sur une base régulière. Les parties du corps interpelées subissent alors des douleurs.

Ce type de douleur est le résultat de dommages aux fibres musculaires (microlésions). La douleur peut se fait sentir immédiatement, le lendemain ou le surlendemain.

D’où l’importance de bien préparer son corps avant tout type d’effort.

Différents types de lésions provoquent aussi des douleurs musculaires:

  • courbatures,
  • crampes,
  • élongation ou contracture.

Douleur articulaire

Le saviez-vous? Le corps humain comporte environ 400 articulations qui sont des jonctions entre deux extrémités osseuses. Ces structures complexes renferment divers tissus, dont les conjonctifs (de soutien), les cartilages, les membranes, le liquide synovial et les ligaments. La douleur articulaire se fait ressentir lorsqu’une inflammation se produit au niveau des articulations.

Les symptômes peuvent rester très simples comme des douleurs à intensité variable. Elles peuvent être de courte durée ou persistante. Le manque de souplesse peut aussi être à l’origine des douleurs articulaires.

On a souvent tendance à associer la douleur articulaire au vieillissement, mais c’est faux. Ce type de douleur survient à tout âge. Toutefois, la cinquantaine peut amener son lot de douleurs, car les articulations subissent les effets du vieillissement. En particulier la dégradation du cartilage et le durcissement des tissus.

La douleur articulaire peut se faire sentir lors d’une entorse, luxation, élongation ou tout type de traumatisme.

Bleu ou ecchymose?

Contusion, bleu, ecchymose, hématome… 
Les mots des maux

Une chute à vélo ? Un malencontreux coup de marteau sur le doigt ? Un genou qui vient heurter l’angle d’une table basse ?… Quand on se cogne ou quand on tombe, on pousse des « aïe », des « ouille » ou des « aah ». Les onomatopées sont variées… Presque autant que ces traumatismes bénins sur lesquels on a parfois du mal à mettre les bons mots.

Qu’est-ce qu’un bleu ?

Appelé aussi « ecchymose », le bleu survient le plus souvent à la suite d’une contusion, d’un choc léger ou d’une chute. Il se forme sous l’effet du sang qui s’échappe des vaisseaux sanguins et qui reste dans l’épaisseur de la peau. Il peut prendre une couleur bleue, noire ou violacée et ne disparaît pas lorsqu’on exerce une légère pression dessus. Sa surface dépend de la violence du choc et de la vascularisation de la région touchée. Normalement, un bleu léger disparaît en une à deux semaines.

Qu’est-ce qu’une contusion ?

Une contusion est une blessure produite par un choc sans rupture de la peau, c’est-à-dire sans plaie apparente. C’est une réaction normale de l’organisme.

Qu’est-ce qu’un hématome cutané ?

Communément nommé « bosse », l’hématome peut apparaître à la suite d’un coup (avec un ballon par exemple), de la chute d’un objet ou de chocs à répétition. Il se caractérise par un épanchement de sang sous la peau plus volumineux et plus saillant que le bleu. Normalement, un hématome cutané s’estompe en quelques semaines. Lorsqu’il est situé au niveau du cuir chevelu, il peut former une bosse importante appelée couramment « œuf de pigeon ».

Les bleus et les bosses sont des traumatismes bénins et peuvent être soulagés par un traitement local d’appoint, comme l’application d’Arnicare gel ou crème.

Courbatures

Les courbatures musculaires apparaissent le plus souvent dès le lendemain de l’exercice physique et surtout après des courses en descente ou des efforts physiques contre la pesanteur, comme en musculation.

Découvrez plus d’informations sur le sujet ainsi que sur les gestes à adopter pour éviter ou guérir les courbatures musculaires.

Qu’est-ce qu’une courbature

Une courbature est une douleur musculaire qui peut apparaître immédiatement après l’effort ou quelques heures après pour atteindre son maximum quelques fois le surlendemain.

Elle est le résultat de micro lésions au niveau des fibres musculaires qui se traduisent par une douleur aiguë et continue.

Une courbature musculaire peut être causée par :

  • une sollicitation excessive et intense d’un muscle en particulier (que ce soit les muscles inférieurs du type ischiojambier et quadriceps ou les muscles supérieurs comme les biceps, les pectoraux ou les épaules),
  • une déshydratation qui induit un manque d’oxygène au niveau des muscles,
  • un effort physique suite à une longue période d’inactivité.

Comment les éviter

Les gestes de prévention afin d’éviter les courbatures musculaires sont multiples.

Tout d’abord, il convient de s’hydrater au maximum pour éliminer l’acide lactique. Veillez à boire de manière régulière pendant l’effort, mais également avant et après l’exercice physique.

Afin de prévenir les courbatures, il est également conseillé de vous entraîner régulièrement, de préférence au minimum 1 à 2 fois par semaine, de façon à ce que vos muscles s’accoutument à l’effort. De plus, veillez à réaliser vos exercices physiques de manière pyramidale et de ne pas solliciter vos muscles de manière intense tout au long de vos séances de sport.

En outre, la notion d’étirements est primordiale afin d’éviter les courbatures, pensez donc à vous échauffer avant l’effort et à vous étirer après votre séance afin de permettre à vos muscles relâchement et récupération.

Comment se soulager

Des soins et gestes spécifiques peuvent être appliqués afin de traiter les courbatures musculaires :

  • par la suite, il convient de soigner vos courbatures par la chaleur et plus précisément grâce aux douches ou bains chauds,
  • soigner son alimentation : les fruits et les légumes doivent être privilégiés. Après l’effort physique, il est conseillé d’absorber des aliments riches en vitamines et en potassium afin de combattre les contractions musculaires,
  • en cas de courbatures musculaires continues, veillez à boire régulièrement de petites quantités d’eau, ce qui irriguera vos muscles et contribuera donc au soulagement de la douleur,
  • prenez rendez-vous avec un professionnel de santé si la douleur persiste plus de 36 heures,
  • utilisez Arnicare Sport, comprimé homéopathique à croquer, pour soulager vos courbatures.

Crampes

Les crampes musculaires apparaissent notamment à la suite d’efforts intensifs sur un muscle en particulier (biceps ou triceps au niveau du bras, quadriceps ou mollets pour les jambes…).

Qu’est-ce qu’une crampe musculaire ?

Une crampe musculaire se traduit par une contraction musculaire soudaine, involontaire et douloureuse dont la durée peut atteindre quelques minutes au maximum.

Contrairement à une contracture musculaire qui peut être constatée sur une durée nettement plus longue (de quelques jours à plus d’une semaine), la crampe musculaire disparaît spontanément et, la plupart du temps, ne s’accompagne d’aucune douleur séquellaire.

Il est à noter qu’une crampe musculaire peut apparaître pendant l’exercice ou après l’effort.

Les causes d’une crampe musculaire varient d’un individu à l’autre et peuvent être liées :

  • à la déshydratation : l’absence d’eau dans l’organisme et dans les muscles peut conduire à une contraction musculaire douloureuse,
  • à un échauffement négligé : de nombreux sportifs tendent à faire abstraction de cette étape pourtant incontournable avant un effort physique, ce qui conduit à des crampes musculaires à répétition,
  • à un surentrainement ou à une sollicitation musculaire trop importante,
  • à l’absence d’étirements : ces mouvements réalisés après l’effort octroient aux muscles une meilleure récupération.

Comment les éviter

Dans la plupart des cas, les crampes musculaires sont directement liées à un manque d’hydratation de la part du sportif. Afin de prévenir ce phénomène, il convient donc de bien s’hydrater tout au long de la journée et plus particulièrement avant, pendant et après l’effort. Il est conseillé aux personnes pratiquant régulièrement des sports de boire au minimum 2 litres d’eau par jour.

Les crampes peuvent également s’expliquer par un manque de magnésium. En effet, lorsque le corps est en carence d’un oligo-élément comme le magnésium ou le potassium, les risques de crampes augmentent. Ces carences provoquent un déséquilibre de votre métabolisme et des échanges cellulaires. Veillez donc à avoir une alimentation équilibrée pour n’avoir aucune carence en nutriment.

L’absence d’un bon échauffement est le second facteur lié à l’apparition de crampes musculaires. Il convient donc d’étirer les muscles avant l’effort afin de prévenir les crampes, mais également les blessures musculaires. Nous vous conseillons de répéter les mêmes gestes à la fin de votre effort physique afin de permettre à votre muscle de récupérer au mieux.

Enfin, veillez à ne pas vous surentraîner. Adaptez votre rythme d’entraînement à votre condition physique. Il est conseillé de ne pas dépasser 4 jours d’entraînement par semaine. Cela permettra à votre organisme de récupérer et ainsi d’éviter les crampes et autres douleurs musculaires.

Comment se soulager?

Afin de soulager une crampe musculaire, il est tout d’abord conseillé d’étirer le muscle en question. Hydratez-vous également durant la crampe et après la disparition des symptômes afin de prévenir l’apparition d’une autre crampe musculaire.

Vous pouvez aussi utiliser Arnicare Sport pour soulager les crampes.

Fatigue musculaire

La fatigue musculaire touche tout particulièrement les sportifs qui fournissent un effort de longue durée, par exemple en pratiquant la natation, le cyclisme ou la course.

Qu’est-ce que c’est ?

La fatigue musculaire se traduit par un affaiblissement physique au niveau des muscles. Dans la plupart des cas, cette faiblesse musculaire se traduit par une baisse de régime et un état de fatigue prononcée.

Ce type de fatigue est avant tout physiologique, et diffère notamment des pathologies organiques (où l’affaiblissement musculaire se veut chronique) et fonctionnelles (où l’on parle plus précisément de symptômes psychologiques).

La fatigue musculaire est un phénomène ponctuel. Le plus souvent, elle apparaît suite à un effort physique conséquent ou peut être liée à une accumulation d’efforts répétitifs.

Les causes de la fatigue musculaire sont variées. D’un point de vue scientifique, elle peut être liée à :

  • une consommation trop élevée de glycogène* (un phénomène qui peut mener à l’hypoglycémie).
    * Le glycogène correspond à la forme sous laquelle le glucose est stocké dans l’organisme, principalement dans les muscles et le foie.
  • une consommation conséquente de lipides*
    * Les lipides sont la forme d’énergie musculaire la plus facilement disponible. Mais pour être utilisables par le muscle, les lipides doivent subir une transformation qui consomme de l’oxygène et du glycogène. Durant un effort intense, le muscle va donc consommer doublement du glycogène (déstockage du sucre et transformation des lipides).
  • une perte élevée d’eau suite à l’effort physique (ce qui induit une chute du volume sanguin).

D’un point de vue plus général, cette faiblesse musculaire peut s’expliquer notamment par :

  • une hydratation trop faible avant, pendant et après l’effort,
  • un excès d’exercice physique : de nombreux sportifs vont au-delà de leurs limites et négligent la période de repos qui permet à l’organisme et aux muscles de récupérer, ce qui se traduit par des crampes musculaires,
  • une alimentation non adaptée : l’excès de lipides et de gras est néfaste pour l’organisme et ne permet pas un apport nutritif adapté pour le corps humain.
    Cependant, un apport de lipides adapté (oméga 3 et 6) est essentiel en amont des efforts intenses et prolongés. Cela permet de préserver le stock de glycogène (et prévenir alors l’hypoglycémie) et de protéines (qui participe pour 10% à l’apport énergétique pendant l’effort), surtout en cas d’insuffisance de réserves de graisses (sujets maigres).

Quels sont les symptômes?

De nombreux symptômes annoncent la fatigue musculaire :

  • la contraction involontaire et douloureuse des muscles (soit les crampes musculaires),
  • le tressaillement musculaire (brusque mouvement incontrôlé du muscle),
  • la raideur musculaire (soit les courbatures).

L’apparition des symptômes énoncés ci-dessus annonce le plus souvent le début d’une fatigue musculaire.

Interventions médicales

Facilitez la résorption des œdèmes et ecchymoses et soulagez la douleur.

Les médicaments homéopathiques de la gamme Arnicare sont utilisés notamment pour le soulagement des bleus ou des douleurs musculaires.

Arnicare Gel,  Arnicare Crème et Arnicare comprimés favorisent aussi la résorption des ecchymoses et œdèmes pouvant faire suite aux interventions chirurgicales ou cosmétiques qui induisent un traumatisme aux tissus.

Ces médicaments homéopathiques peuvent ne pas convenir à tous. Toujours lire l’étiquette et suivre le mode d’emploi.