Soulager la douleur

Pour la plupart d’entre nous, le beau temps est synonyme d’une augmentation de nos activités physiques telles que le cyclisme, les randonnées en montagne, les sports aquatiques, le volleyball de plage, le jardinage et plus encore! Ça va de soi que cette hausse engendre souvent des douleurs articulaires et musculaires, surtout dans le cou, les épaules, le dos et les jambes.

Mais ne laissez pas les douleurs musculaires et articulaires vous empêchez de profiter de votre été !

Voici quelques conseils afin de soulager celles-ci :

  • Entretenez vos articulations en vous étirant,
  • Portez de bonnes chaussures dont les semelles amortissent bien les chocs,
  • Hydratez-vous bien et privilégiez une alimentation équilibrée, riche en antioxydants et en nutriments essentiels,
  • Évitez les efforts physiques inadaptés et trop fréquents,
  • Pensez à appliquer du froid en cas d’inflammation,
  • Soyez à l’écoute de votre corps pour détecter les premiers signes de douleur,
  • Surveillez votre posture et évitez les efforts démesurés.

Soulager les bleus et bosses

La saison estivale nous offre l’embarras du choix quant aux activités physiques extérieures qui riment le plus souvent avec plaisir et détente. Ne laissez donc pas d’éventuels bosses et bleus disgracieux mettre un frein aux activités et aux plaisirs de l’été.

Alors, n’ayez crainte!

Voici quatre conseils de premiers soins pour soulager vos bleus et bosses en 2 temps, 3 mouvements :

  • Reposez-vous et immobilisez la partie touchée par l’hématome,
  • Appliquez du froid le plus vite possible pour réduire la douleur et le gonflement,
  • Surélevez la zone touchée par l’ecchymose pour en réduire l’afflux sanguin, ce qui empêche le bleu de s’étaler. Gardez la zone affectée par l’hématome le plus souvent possible au-dessus du niveau du cœur,
  • Massez à l’aide d’une crème ou d’un gel la partie touchée par l’hématome. Essayez Arnicare pour faciliter la résorption des ecchymoses et œdèmes inflammatoires causés par un traumatisme (chute, coup, choc).

Allez-y, vous êtes prêt à profiter pleinement de l’été !

Postures de Yoga

On a souvent tendance à sous-estimer les bienfaits du yoga. Certaines postures peuvent réduire le stress, diminuer les tensions musculaires et procurer un sentiment de calme.  Jetez un coup d’œil à nos postures de yoga et n’oubliez pas de prendre du temps pour vous recentrer sur vous-même!

Bien récupérer après l'effort

Faire de l’exercice stimule la libération d’endorphines dans l’organisme. Ces hormones provoquent une sensation de bien-être chez les individus grâce à l’inhibition de la perception de la douleur. Toutefois, cette euphorie post-entraînement peut rapidement tourner au vinaigre si notre corps souffre de courbatures, crampes ou fatigue musculaire.

Pour retrouver votre programme d’entraînement en deux temps trois mouvements, suivez ces conseils pour bien récupérer après l’effort :

  • Hydratez-vous régulièrement pour empêcher la venue des crampes et courbatures : l’eau favorise l’élimination des déchets métaboliques produits et accumulés dans le muscle lors de l’effort,
  • Étirez-vous avant et après l’effort pour éviter les courbatures,
  • Prenez un bain chaud (à l’exception des personnes souffrant d’insuffisance veineuse ou de varices),
  • Reposez-vous et accordez 24 à 48 heures à votre corps pour récupérer,
  • Essayez un médicament homéopathique tel qu’Arnicare Sport qui aide à soulager les crampes, courbatures et la fatigue musculaire suite à l’effort sportif, surmenage physique et entraînements.

Et surtout, il est important d’être à l’écoute de son corps et de s’abstenir des efforts démesurés afin d’éviter des blessures plus graves.

Quiz

Récupération après l’effort : êtes-vous rigoureux?

Question 1 de 9

Quand faut-il s’étirer?

Question 2 de 9

Quels sont les objectifs de la phase de récupération?

Question 3 de 9

Quel est le comportement à adopter après un effort?

Question 4 de 9

Qu’est-il conseillé de faire pendant l’heure qui suit l’entraînement?

Question 5 de 9

Comment réduire au maximum le temps de récupération? plusieurs réponses possibles

Question 6 de 9

En moyenne, combien de temps faut-il à un muscle pour récupérer?

Question 7 de 9

Après l’effort, s’étirer permet : plusieurs réponses possibles

Question 8 de 9

Pour favoriser un sommeil profond et donc récupérateur, il est conseillé : plusieurs réponses possibles

Question 9 de 9

Quels sont les aliments conseillés pour une pratique sportive régulière? plusieurs réponses possibles

Vous devez compléter le questionnaire avant de vérifier les réponses.
Vous avez complété le questionnaire avec un résultat de 1 sur un total de 9. Recommencer le quiz

Jardiner sans danger

Éloigner les blessures pendant le jardinage

L’arrivée du beau temps fait trépigner d’impatience les adeptes du jardinage.
En effet, au cours des dernières années, le jardinage est devenu l’une des activités les plus populaires au Canada.

Cependant, l’enthousiasme peut être rapidement dissipé par des blessures au bas du dos, des douleurs articulaires et des tensions musculaires, causées par un trop grand empressement à la tâche. Échauffements et étirements sont de rigueur pour une saison de jardinage remplie de fleurs!

Voici quelques mesures pour aider à prévenir et à soulager les blessures courantes liées au jardinage :

  • Alternez fréquemment les tâches et changer de position régulièrement,
  • agenouillez-vous plutôt que de vous pencher. C’est moins dur pour votre dos,
  • Pliez toujours les genoux pour prendre ou pour déposer la charge,
  • Utilisez une brouette sur deux roues pour déplacer les charges afin d’éviter un débalancement ou une perte d’équilibre qui risquerait de vous blesser au dos,
  • Divisez une grosse charge en plusieurs petites plutôt que de vous blesser en effectuant un seul et très lourd voyage de terre,
  • N’oubliez pas de boire. Buvez une grande quantité de liquide, mais évitez l’alcool ou les boissons sucrées qui peuvent déshydrater,
  • Traiter les blessures courantes.

Si l’échauffement est important au début, il est tout aussi recommandé de bien s’étirer à la fin de la journée. Les muscles ont aussi besoin d’être assouplis. De bons étirements et bonne hydratation préviendront les raideurs du lendemain et contribueront à augmenter et maintenir un niveau adéquat de flexibilité. S’étirer permet donc de réduire les risques de blessures pouvant causer des élongations musculaires.

Malgré vos précautions, vous souffrez ?

Si vous ressentez quand même des douleurs aux genoux et au dos, pensez à essayer Arnicare GelCrème ou Comprimés, médicaments homéopathiques pour aider à soulager les douleurs musculaires et articulaires et faciliter la résorption de l’enflure et des ecchymoses. Essayez-le pour les douleurs musculaires au cou, au dos, aux épaules et aux jambes, l’enflure due aux ecchymoses et les contusions.

Se préparer pour un marathon

Lors des courses à pieds, en l’occurrence lors d’un marathon, tous les groupes musculaires sont fortement sollicités. Il est donc nécessaire de préparer les muscles à l’effort.

Quelle préparation musculaire ?

Courir un marathon demande une préparation physique particulière au niveau musculaire.

Les séances d’entraînement doivent être régulières et adaptées au coureur. Un marathon se prépare sur une durée qui varie en fonction de chaque sportif. Vélo et natation, sports d’endurance également, sont conseillés en parallèle, car ils permettent de poursuivre le travail du muscle en évitant les traumatismes au niveau de la foulée.

Il est fortement recommandé d’effectuer un renforcement musculaire qui permet d’augmenter la résistance. Les performances n’en seront que meilleures. Ce travail de musculation concerne aussi bien les abdominaux que les fessiers, les cuisses, les bras, etc.

Quelques conseils de préparation musculaire:

  • Améliorer son endurance : ne pas hésiter à pratiquer d’autres sports d’endurance,
  • Adapter ses séances d’entraînement à son niveau de course,
  • S’entraîner régulièrement,
  • Effectuer un travail de renforcement musculaire.

À la veille du marathon:

  • Boire en grande quantité afin de bien hydrater l’organisme,
  • Avoir un apport énergétique adapté,
  • Réussir à conserver un temps de sommeil suffisant, même si le stress peut le perturber à quelques jours de la course,
  • Le jour du marathon, le coureur doit impérativement s’échauffer efficacement et correctement.

Ces médicaments homéopathiques peuvent ne pas convenir à tous. Toujours lire l’étiquette et suivre le mode d’emploi.